Interrogation Tentatives de bonnes réponses à des questions qui peuvent ne pas l'être

Comment séparer son système d'exploitation et ses données  ?

Pourquoi séparer système et données ?

Après que Windows a été installé, que cette installation soit de son fait ou qu'elle ait été réalisée par le constructeur, une collection de répertoires destinés à accueillir les données personnelles est créée pour chaque compte d'utilisateur (documents, videos, musique, téléchargements, bureau, etc.). Ces répertoires se trouvent dans C:\Utilsateurs\nom_utlisateur, c'est à dire dans la même partition que le système d'exploitation. Avoir ses données personnelles au même endroit que le système d'exploitation présente de nombreux inconvénients.

En premier lieu ceci impose que la partition soit d'une taille suffisante pour tout y stocker alors que quelques dizaines de Goctets sont suffisantes pour contenir le système d'exploitation et les logiciels installés. Typiquement 20 Goctets pour Windows XP, 80 pour Windows 7 et 120 pour Windows 10

De plus en plus souvent les constructeurs prévoient une procédure de remise à l'état sortie d'usine. Elle utilise une partition, éventuellement cachée, dite de restauration (recovery) contenant un système d'exploitation minimaliste (Linux ou Windows-PE), un fichier contenant l'image de la partition système et l'outil permettant de restaurer à partir de cette image. Si l'on met en œuvre cette procédure toutes les données personnelles présentes sur la partition système disparaissent ainsi que les logiciels qu'on avait installés.

Il en va de même si l'on effectue une réinstallation à partir de zéro.

Enfin, même si l'on sauvegarde régulièrement ses données personnelles ailleurs, il est aussi prudent de conserver une copie récente du système d'exploitation et des logiciels installés.

On ne peut pas simplement faire une copie des fichiers qui constituent le système d'exploitation. Il faut utiliser un logiciel spécifique appelé imageur. D'autre part le système d'exploitation et les données n'évoluent pas au même rythme et ces dernières nécessitent qu'on les sauvegarde plus fréquemment. On devra donc adopter des stratégies de sauvegarde différentes et utiliser des outils distincts pour le système et les données.

Pour toutes ces raisons il est donc préférable que le système d'exploitation et les données personnelles ne soient pas sur la même partition. Celle réservée aux données pourra éventuellement être sur un support distinct en fonction des ressources de stockage dont on dispose. On pourra par exemple avoir le système sur un SSD (solid storage device) de taille modeste et les données sur un disque classique de taille approprié à leur volume. Si l'on ne dispose que d'un seul support comme c'est souvent le cas sur un portable, on sera peut-être amené à réduire la taille de la partition système afin de créer une partition "données" dans l'espace libéré.

Exemple de séparation système / données sur un disque unique avec en outre une partition dédiée aux sauvegardes.

Exemple de partitionnement

Déplacer les répertoires canoniques crées par Windows

Bien que Microsoft ait adopté le terme "dossier" afin de filer la métaphore du bureau, il ne l'a pas fait de manière univoque et "dossier" peut désigner des objets de type différent. Pour éviter toute ambigüité on utilisera plutôt ici le mot répertoire qui est plus précis.

Par répertoires canoniques il faut entendre ceux correspondants aux répertoires déjà cités plus haut (documents, videos, etc.). Ils sont au nombre de 11 et l'Explorateur Windows permet d'en afficher la liste pour chaque compte d'utilisateur déclaré. Dans l'exemple ci-dessous on voit dans C:\Utilsateurs\test ceux de l'utilisateur "test".

Arborescence  origine

Quand on affiche les propriétés de chacun d'eux on trouve un onglet Emplacement où est indiqué le chemin d'accès au répertoire.

Onglet déplacement

Rien n'empêche de modifier ce chemin afin que l'intitulé "Mes documents" pointe sur un répertoire situé ailleurs. Détaillons maintenant comment procéder.

La manière d'organiser ses données est une question de choix personnel. Il est toutefois conseillé de garder une certaine cohérence. On pourra s'inspirer de la méthode suivante.

Afin de préparer les modifications qu'on s'apprête à faire, créer un répertoire nommé "Données de nom-utilisateur" à la racine de la partition données. Créer dans ce dernier autant de sous-répertoires que nécessaire de nom identique à ceux d'origine.

liste répertoires

 

On peut maintenant procéder au déplacement. Pour chacun des répertoires de données personnelles présent dans l'explorateur, afficher les propriétés et dans l'onglet Emplacement indiquer le répertoire qui vient d'être créé, de préférence à l'aide du bouton Rechercher la cible pour éviter toute erreur de syntaxe. Cliquer ensuite sur le bouton Appliquer. Windows transfère tout le contenu de l'ancien répertoire vers le nouveau et le supprime.

Appliquer

 

L'opération doit être renouvelée autant de fois qu'il y a de comptes d'utilisateurs à partir de la session propre à chacun d'eux. Avec la méthode de nommage suggérée ci-dessus chaque utilisateur retrouvera aisément ses données.

Les copies d'écran présentées ci-dessus ont été realisées sous Windows 7. Sous les versions ultérieures la présentation peut-être légèrement différente mais le principe reste le même.

Avec Windows XP la manipulation est beaucoup moins laborieuse puisque toutes les données personnelles sont regroupées dans les sous répertoires de "Mes documents". Il n'y a donc que celui-ci à déplacer pour chaque utilisateur.

Documents XP

Un outil pour effectuer ces déplacements

Le déplacement un par un des ces 11 répertoires est fastideux, surtout quand on doit le répéter pour plusieurs comptes d'utilisateur.

On trouvera ici un script réalisé en vbs (visual basic scripting) permettant de l'effectuer d'un simple clic.

Déplacer les autres données personnelles

Les données personnelles ne se limitent pas à celles stockées dans les répertoires canoniques gérés par Windows.

Si l'on utilise un courrielleur local (logiciel de messagerie installé sur l'ordinateur comme Courrier, Outlook, Thunderbird, etc.) sa banque de données se trouve elle aussi par défaut dans C:\Utilisateurs\nom_utilisateur. Dans tous ces logiciels il est possible de choisir un autre emplacement, notamment un répertoire que l'on aura créé dans Données de nom-utilisateur si l'on a adopté la suggestion faite ci-dessus.

La manipulation requise pour effectuer le déplacement de la banque de données est propre à chaque courrielleur. Pour Outllook, par exemple, la banque de données contient les messages, le carnet d'adresses et les paramètres de chaque compte de messagerie déclaré) et elle est toute entière contenue dans un fichier ".pst". Pour Thunderbird elle se trouve dans le "profil". Pour Windows Mail elle ne contient que les messages mais le carnet d'adresses est en fait le contenu du répertoire "contact" qui fait parti des répertoires canoniques. Dans tout les cas il ne suffit pas d'indiquer la nouvelle cible. Il est nécessaire d'effectuer manuellement le déplacement du contenu de la source vers la cible par copier-coller.

Firefox utilise lui aussi la notion de "profil", également situé par défaut dans C:\Utilisateurs\nom_utilisateur. La place qu'il occupe n'est pas réellement préoccupante mais le déplacer garanti que les données qu'il contient (favoris, personnalisations diverses, etc.) ne seront pas perdues en cas de recréation de la partition système.

D'une manière générale, si des données personnelles sont liées à un logiciel celles-ci doivent être stockées ailleurs que sur la partition système.

Prenons Word à titre d'exemple. Tout document Word est basé sur un modèle, qu'il s'agisse de celui par défaut (normal.dot ou normal.dotx selon la version de Word) ou d'un modèle créé par l'utilisateur. Par défaut les modèles sont stockés eux aussi dans C:\Utilisateurs\nom_utilisateur mais on peut choisi un autre emplacement.

Si l'on adopte le plan de nommage suggéré plus haut, les répertoires ad hoc seront créées en tant que sous répertoires de "Données de nom-utilisateur" et pourront s'appeler :
   - Profil Firefox ;
   - Modèles Word ;
   - Banque Outlook ;
   - etc.

Sauvegarder le système d'exploitation

Cette opération se réalise à l'aide d'un logiciel spécialisé appelé imageur ainsi qu'il l'a déjà été évoqué ci-dessus. Tous ces logiciels possèdent plusieurs fonctions dont :
   - prise d'une image du système ;
   - prise d'une image d'une partition ;
   - prise d'une image d'un disque entier ;
   - restauration du système ;
   - restauration d'une partition ou d'un disque entier.

Cas d'Aomei Backuper par exemple :

Aomei

 

Une image est un fichier unique contenant une copie de tout ce qui se trouve sur la source choisie. Grâce à une compression des données efficace la taille du fichier image peut être très inférieure à celle de la source Typiquement elle est divisée par 2 pour une partition système sans données personnelles. On pourra donc conserver plusieurs versions d'une image de la partition système sans qu'il y ait besoin de disposer d'une espace de stockage monumental.

Si le type de partionement est du type MBR (Master Boot Record) la partiton système contient un secteur d'amorce. Bien que ce ne soit pas un fichier son contenu sera intégré dans une image de type système.

Sur les machines récentes le BIOS (Basic Input Output System) a été remplacé par l'UEFI (Unified Extensible Firmware Interface) et le système de partitionnement est généralement de type GPT (GUID Partition Table). Le secteur d'amorce se trouve alors dans une partition d'amorçage de petite taille, en tête de disque. Cette partition sera elle aussi incluse dans une image de type système ainsi que la partition UEFI.

Dans tous les cas on dispose d'un fichier permettant de restaurer son système d'exploitation à la date où l'image a été créée. Pour être sûr que cette image pourra être utilisée il est conseillé d'en vérifier l'intégrité à l'aide de la fonction proposée à cet effet par l'imageur

Ce fichier doit bien sûr être stocké sur une partition distincte de celles dont l'image est le reflet, appartenant au même disque ou non. Il est prudent de la dupliquer, de préférence sur un support externe.

À quel rythme sauvegarder son système d'exploitation ? Il n'y a pas de règle et chacun optera selon ce qu'il considérera comme sage. Disons que quelques fois par an est un minimum et qu'il est prudent de prendre une image avant une modification importante au niveau logiciel.

Restauration du système d'exploitation

Pour restaurer son système à partir d'une image il faut démarrer l'ordinateur sur un autre système d'exploitation. On utilise à cet effet un support externe (CD, DVD, clé ou disque USB) sur lequel sera présent un système d'exploitation autonome (ne nécessitant pas d'installation), Linux ou Win-PE, ainsi que le programme de restauration proprement dit. Tous les imageurs disposent d'une fonction qui va permettre de "fabriquer" ce support.

Toujours avec Aomei Backuper comme exemple :

Support démarrage

Si, pour une raison ou pour une autre, on est amené à restaurer le système d'exploitation à partir d'une image il faut démarrer la machine sur le support créé préalablement. Le programme de restauration invite ensuite à choisir l'image à utiliser.

La solution la plus simple est d'opter pour une clé USB. Elle n'a pas besoin d'être de grande capacité (4 Goctets sont souvent suffisants) ni d'être dédiée à cette seule utilité. L'espace libre peut continuer d'être utiisé pour y stocker d'autres données.

Sauvegarder ses données personnelles

Il existe plusieurs manières de sauvegarder ses données personnelles mais, surtout si leur volume est important, la recopie intégrale sur un autre support n'est peut-être pas la meilleure. On préferera travailler par différence avec une base connue.

Il existe des logiciels spécialisés, commerciaux ou non, pour effectuer la sauvegarde de ses données. Ils proposent généralement trois types de sauvegarde :
   - sauvegarde intégrale ;
   - sauvegarde partielle différentielle ;
   - sauvegarde partielle incrémentielle.  

Comme son nom l'indique, lors d'une sauvegarde intégrale on crée un fichier de type archive (format zip ou autre) contenant l'ensemble des données présentes dans les répertoires sélectionnés et leur arborescence.

Quand on lance une sauvegarde partielle différentielle de ces mêmes répertoires le fichier créé ne contient que les fichiers modifiés ou ajoutés depuis la dernière sauvegarde intégrale.

Quand on lance une sauvegarde partielle incrémentielle la première produit le même résultat qu'une sauvegarde différentielle mais les suivantes ne contiendront que les fichiers modifiés ou ajoutés depuis la dernière sauvegarde partielle.

Utiliser la méthode des sauvegardes différentielles requiert plus d'espace de stockage que celui nécessité par des sauvegardes incrémentielles mais une restauration complète est plus simple : décompression de l'archive contenant la sauvegarde complète puis ajout du contenu de l'archive correspondant à la dernière sauvegarde partielle. Dans l'autre il faut ajouter successivement et dans l'ordre le contenu de toutes les sauvegardes partielles.

Toutes ces tâches peuvent être planifiées et exécutées automatiquement avec la périodicité souhaitée.

Ajoutons qu'à n'importe quel moment on peut extraire un fichier quelconque d'une sauvegarde pour le récupérer dans une ancienne version ou parce qu'on l'aurait supprimé par mégarde.

Avec l'arrivée des offres de stockage en ligne dans les nuages d'autres méthodes de sauvegarde sont devenues disponibles, notamment la duplication synchronisée. Une copie de ses données est stockée sur un serveur distant et une synchronisation périodique permet la mise en cohérence de la copie et de l'original.

Ces méthodes permettent de s'affranchir de la nécessité d'immobiliser de l'espace disque pour assurer la sauvegarde de ses données mais n'offrent pas forcément toute la panoplie des fonctions intégrées dans un logiciel spécialisé. D'autre part, lorsqu'il s'agit d'un service fourni à titre non onéreux, il est prudent de lire les petites lignes du contrat d'utilisation. Il est hautement probable que le prestataire va se rémunérer en utilisant le contenu des fichiers qu'on lui confie afin de vendre de l'espace publicitaire à des annonceurs.

Cependant rien n'interdit de combiner les deux méthodes : effectuer en local des sauvegardes différentielles ou incrémentielles et en faire une copie sur un serveur distant.

 

Toutes les pages du site Les autres sites

Accueil
À quoi sert la pile du BIOS ?
À quoi sert le masque de sous-réseau ?
C'est quoi un bit au juste ?
C'est quoi la différence entre un hub et un switch ?
Comment augmenter la portée de son réseau Wifi ?
Comment connecter une imprimante réseau ethernet ou Wifi ?
Comment faire un réseau local avec mes deux PC branchés sur ma box ?
Comment mesurer sa bande passante ?
Comment séparer son système d'exploitation et ses données  ?
DHCP ou pas DHCP ?
Éditeur de texte et traitement de texte, est-ce pareil ?
Est-ce qu'un modem et un routeur c'est la même chose ?
Faut-il mettre les accents sur les majuscules ?
Peut-on mettre un routeur derrière une supermagicbox ou un modem routeur ?
Pourquoi un kilo à 1024 ?
Quelle est la différence entre une trame et un paquet ?
Quelle est la différence entre un navigateur et un moteur de recherche ?
Quelle taille donner à la mémoire virtuelle ?
Un VPN à quoi ça sert  ?
Vous avez dit messagerie ?

Les bricolages de Heffgé

 

Le DOS sied